Plan vigipirate

Mis à jour le 29 janvier 2015 par « direction de l'information légale et administrative »

Le plan vigipirate est un dispositif de vigilance, de prévention et de lutte contre le terrorisme. Il couvre toutes les activités du pays pour le sécuriser. Il doit aussi permettre d'entretenir la vigilance permanente et susciter une mobilisation de la population en cas d'événement grave.

Objectifs

Le plan vigipirate doit :

  • assurer la protection des citoyens, du territoire et des intérêts de la France contre la menace terroriste,

  • développer et maintenir la vigilance de la population pour prévenir et déceler le plus en amont possible toute menace terroriste,

  • permettre une réaction rapide et coordonnée en cas d'action terroriste, afin de renforcer la protection, de faciliter l'intervention et d'assurer la continuité des activités d'importance vitale.

Il repose sur un principe de responsabilité partagée entre les autorités publiques (État, collectivités, etc.), les opérateurs publics et privés (services de sécurité par exemple) et les citoyens.

Fonctionnement

Niveaux d'alerte

Il existe 2 niveaux d'alerte :

  • un niveau de vigilance qui peut être renforcé temporairement, géographiquement pour faire face à une menace particulière ou à une vulnérabilité ponctuelle. Ce niveau est matérialisé par un triangle rouge à bords noirs marqué vigipirate.

  • un niveau d'alerte attentat pour faire face à une menace imminente, limité dans la temps. Dans ce cas, la mention alerte attentat est ajoutée au triangle rouge.

Mise en œuvre du dispositif

La mise en œuvre du plan vigipirate est décidée par le Premier ministre. Les préfets s'assurent de son application sur l'ensemble ou une partie du territoire.

Le plan vigirate comporte 300 mesures dont certaines sont confidentielles.

Exemples de mesures "niveau vigilance" :

  • protection renforcée des établissements à risques (grands magasins, lieux de culte, etc.),

  • surveillance accrue dans les transports en commun,

  • contrôle des accès aux sites institutionnels.

Exemples de mesures "niveau alerte attentat" :

  • renforcement du contrôle des personnes et de détection des explosifs,

  • interdiction de se garer aux abords des écoles,

  • renforcement des patrouilles militaires dans les lieux publics,

  • suspension des voyages et sorties scolaires.

Lorsque le plan vigipirate est mis en place, un citoyen doit par exemple :

  • signaler aux autorités tout colis abandonné, véhicule ou comportement suspect,

  • garder avec lui ses affaires personnelles.

À savoir

dans les Dom, le rôle des préfets est assuré par les hauts-commissaires de la République.

Application du dispositif

Le plan Vigipirate s'applique en France, en mer et à l'étranger.

En effet, si la menace terroriste touche des français à l'étranger, le plan vigipirate peut être activé (par exemple, renforcement de la sécurité aux abords des ambassades et consulats, invitation à ne pas partir dans le pays concerné par la menace, etc.).

Départements d'outre-mer (Dom) - 05 janvier 2015

  • Guadeloupe

  • Guyane

  • Martinique

  • Mayotte

  • Réunion